Le Miroir d’Iyagbon

création en cours

Un jeu de miroirs des cultures, entre contemporain et ancestral, entre musées européens et cérémonies africaines, entre rite de passage et passage de frontières.

Le miroir d’Iyagbon est un spectacle multidisciplinaire qui interroge les différents régimes sémantiques incorporés par des objets rituels devenus objets d’art. Parmi ces objets aujourd’hui conservés dans les grands musées ethnographiques d’Europe, on trouve la majeure partie du patrimoine sculptural africain, délocalisés par l’exploitation coloniale.

De nombreux artefacts, masques et outils que nous pouvons admirer dans les musées ont été initialement créés pour un usage rituel, puis achetés, trouvés ou volés pour être exposés.

Et si nous essayions d’inverser ce schéma ?

La compagnie Onyrikon, en collaboration avec le sculpteur nigérian Samson Ogiamien, propose un spectacle itinérant qui se déroulera dans plusieurs musées ethnographiques et festivals d’arts scéniques. Dans chacun de ces lieux, la sculpture d’Ogiamien : Iyagbon, sera d’abord exposée comme un objet d’art, puis volée pour devenir un objet rituel. Le public sera invité à participer à la migration de la sculpture vers un site extérieur où se déroulera un rituel artistique : une tentative de générer une communauté éphémère autour d’un objet artistique-magique.

Le masque de Iyagbon

C’est un masque en bronze emblématique créé par le sculpteur Samson Ogiamien au Nigeria, avec les fondeurs royaux de Benin City, les Igun Eronmwon. Il s’agit à la fois d‘un travail traditionnel et contemporain, qui représente une nouvelle génération d’art africain voyageant vers l’Europe pour se reconnecter avec son art ancestral en diaspora. Les interprètes d’Onyrikon vont interagir avec la sculpture pendant le spectacle, et un nouveau corps éphémère sera créé pour le masque, in situ, à chaque adaptation de Le Miroir d’Iyagbon.

Au lieu de posséder la sculpture, pour un instant, par le théâtre, la musique et la danse, laisson-nous posséder par elle.